De quelle manière les allergies affectent-elles vos performances ?

Il existe de multiples allergies. Pour déterminer leur influence sur notre vie sportive habituelle, il est nécessaire de traiter chacune d’entre elles individuellement pour définir les mesures et les conseils dont nous avons besoin.

Peu de choses sont aussi désagréables et inopportunes qu’une allergie à un moment d’exigence physique. Certains types d’allergies sont davantage liées au sport que d’autres. Par ordre d’importance, il s’agit de : l’urticaire simple, l’asthme allergique et le choc anaphylactique.

Le choc anaphylactique est extrêmement grave, car le fait d’être systémique met la vie en danger. Il est donc utile de connaître les causes et les réactions d’un processus allergique, la relation avec la pratique sportive et les mesures à prendre. Nous analyserons donc, ci-après, la façon dont les allergies affectent vos performances sportives.

Les causes des allergies et les réactions indésirables

Les allergies se produisent lorsque l’organisme réagit au contact d’une substance qui n’est pas nécessairement nocive, mais qu’il identifie comme un agresseur. Ces substances s’appellent des allergènes.

Dans une première étape, appelée de sensibilisation, le corps génère des anticorps pour se protéger de la substance qu’il considère comme une menace. Cela active l’immunoglobuline E (IgE), qui donne l’ordre de sécréter les histamines qui produisent les réactions.

Poursuivant le processus, le mécanisme qui génère l’inconfort et l’altération de certaines fonctions se met en mouvement. L’allergie pourrait également devenir systémique, mettant alors en danger la vie de la personne si elle n’est pas soignée rapidement.

Plusieurs aliments figurent parmi les allergènes les plus connus. C’est le cas des protéines de lait, des produits à base de soja, des œufs, des céréales et des fruits secs. Le pollen ou les graminées, certains métaux, les pellicules animales, les médicaments et les produits chimiques pour insectes peuvent également provoquer des allergies.

Bien que nous tendons à considérer l’allergie comme une anomalie immunologique, nous savons également que la génétique joue un rôle dans son apparition. Les autres déclencheurs sont : l’altération industrielle des aliments (les célèbres transgéniques), les pesticides et la pollution de l’environnement.

allergies

La relation entre les allergies et la performance physique

Le sport est susceptible de déclencher et d’intensifier certaines allergies chez les personnes qui le pratiquent. Il en est ainsi pour l’urticaire, l’asthme et le choc anaphylactique.

Il est nécessaire d’interrompre l’entraînement que dans de rares cas. L’important est de connaître votre propre condition physique, l’impact des allergies sur votre rendement et le protocole à suivre.

Mesures et précautions des sportifs face aux allergies

Nous devrions consulter un spécialiste lorsque nous présentons des symptômes d’allergies. Ce dernier pourra ainsi nous prescrire le traitement adéquat. Mais le plus important reste toutefois la prévention.

L’urticaire du sportif

Il se manifeste par des lésions cutanées rouges qui produisent des picotements. Il existe des facteurs associés aux exercices qui stimulent l’apparition de cette allergie. Par exemple, le stress, l’effort ou les exigences, les températures élevées et la transpiration.

allergies
L’urticaire est une réaction allergique très commune.

Pour prévenir cette pathologie, nous devons éviter de faire de l’exercice en périodes de températures extrêmes. Il convient aussi de porter des vêtements de sport spéciaux, de faire des pauses et de prendre des antihistaminiques (uniquement sur ordonnance).

Asthme allergique des sportifs

  • La bronchoconstriction caractéristique de l’asthme apparaît généralement chez les athlètes en raison de la perte de liquide bronchique résultant de l’effort. Il s’agit de quelque chose de normal, mais qui tend à s’aggraver lorsque nous nous entraînons à de très basses températures.
  • Les autres causes de cette allergie sont l’aspiration du pollen au printemps et lorsque nous souffrons de grippe ou de rhume. Ces trois facteurs doivent être évités par celui qui s’entraîne. Il devra donc se préparer à d’éventuelles crises d’asthme et toujours avoir à sa disposition des médicaments.
  • L’échauffement respiratoire est une mesure prophylactique très utile chez les personnes susceptibles de souffrir d’asthme. Il suffit d’inspirer par le nez et d’expirer par la bouche, lentement et profondément, plusieurs fois.
  • Enfin, il convient de cesser immédiatement l’exercice en cas de crise d’asthme. Il est nécessaire d’évaluer si cela suffit à arrêter l’épisode ou s’il est nécessaire de se rendre à l’hôpital.

L’anaphylaxie induite par l’activité physique

Il s’agit d’une réaction indésirable importante qui se caractérise par son caractère systémique. En d’autres termes, qui affecte plusieurs organes en même temps. Elle affecte en effet la peau et les systèmes respiratoire et cardiovasculaire.

L’allergie initiale résulte généralement de l’ingestion d’un aliment, mais elle s’aggrave avec une activité physique intense, et entraîne une état de choc anaphylactique.

Il s’agit là d’une urgence médicale nécessitant l’administration de corticostéroïdes, d’antihistaminiques et d’adrénaline par le personnel de santé.

Le fait de souffrir d’allergies ne devrait néanmoins pas être un obstacle à la poursuite de l’activité physique. En effet, si l’athlète connaît ses réactions et agit en conséquence, en appliquant les précautions et mesures susmentionnées, il n’aura pas besoin d’interrompre son programme d’entraînement quotidien.