Comment profiter de vos hormones pour mieux vous entraîner ?

Vous pouvez profiter de vos hormones pour mieux vous entraîner en connaissant le moment de production de chacune d’entre elles ou lorsqu’elles sont à leur plus haut niveau. Vous pourrez alors obtenir de bons résultats en moins de temps !

En effet, notre corps fonctionne comme un système parfait. Mais parfois, nous ne le savons pas et nous n’en profitons pas. C’est pour cette raison que nous consacrons cet article à la manière dont nous pouvons tirer parti des hormones pour mieux nous entraîner.

Les hormones et l’entraînement

Lorsque nous parlons des hormones et de leur relation à l’exercice, nous faisons référence à leur production naturelle, tant chez les hommes que chez les femmes. Bien que les femmes veuillent nous faire croire qu’elles deviennent masculines lorsqu’elles se musclent, en réalité chaque sexe est différent et a ses besoins spécifiques.

Il en va de même pour les hormones. Par exemple, un homme produit jusqu’à 20 fois plus de testostérone qu’une femme ; c’est pourquoi il est plus facile pour lui de prendre du muscle.

Mais cela ne signifie pas que les femmes sont désavantagées parce qu’elles peuvent libérer plus d’hormones de croissance ou être plus sensibles aux hormones anabolisantes.

On pourrait donc dire qu’ils comblent une carence par une vertu. Bien sûr, au-delà de ce constat, nous ne pouvons nier que les femmes commencent leur entraînement à partir d’un niveau musculaire et d’une force inférieurs à ceux des hommes.

Une autre chose à garder à l’esprit est qu’il est plus facile pour eux de perdre ce qu’ils ont accompli lorsqu’ils cessent de s’entraîner. Pourquoi ? Parce que les femmes peuvent garder les protéines et le glycogène dans leurs muscles plus longtemps.

Il existe d’autres faits curieux sur le rôle des hormones chez les deux sexes. Les femmes ont besoin d’une grande dose d’énergie. Elles accumulent plus de graisse, mais leurs muscles se dégradent moins.

Vous serez peut-être contre cette adaptation évolutive, mais sachez que le sexe féminin n’a pas besoin d’autant de protéines ou de glucides que le sexe masculin pour maintenir sa masse musculaire.

Homme qui s'entraîne

Utiliser vos hormones pour mieux vous entraîner

Nous allons maintenant nous consacrer aux femmes, et plus précisément à leur cycle menstruel, dans lequel les hormones jouent un rôle plus qu’important. Cela ne signifie pas que les hommes n’ont pas de changements hormonaux, mais ceux-ci sont moins fluctuants et sont liés au jour et la nuit ou à l’époque de l’année.

L’impact de l’entraînement et de l’alimentation ne sera pas le même selon la phase du cycle dans laquelle se trouve la femme. Par conséquent, si vous voulez profiter de vos hormones pour mieux vous entraîner, faites attention à ce qui suit :

1. Phase folliculaire

Elle commence après l’arrêt des règles. À ce stade, les femmes sont plus sensibles à l’insuline, plus tolérantes aux glucides, utilisent plus de glycogène comme substrat énergétique, brûlent moins de calories et de gras et réduisent leur métabolisme.

C’est le meilleur moment pour s’entraîner. Les résultats de vos exercices seront meilleurs pendant cette période. À ce stade, il est recommandé d’effectuer des routines à haute intensité pour contrecarrer le déclin métabolique de ces jours-là.

2. Phase d’ovulation

C’est la phase centrale du cycle ; lorsque l’ovule « voyage » vers l’utérus pour être fécondé. Pendant la phase ovulatoire, l’appétit est notablement réduit (parce que l’idée est que l’esprit est occupé à procréer et non à manger) et le métabolisme augmente progressivement.

Il y a aussi une légère augmentation de la force, due à l’hormone testostérone. C’est le moment idéal pour l’entraînement en force. Mais, il peut y avoir plus de lésions que dans les autres phases. Ceci est dû au fait que les conséquences d’un entraînement ardu ne sont pas mesurées.

3. Phase lutéale

C’est la phase la plus compliquée de la période menstruelle, avant et pendant les saignements. Le premier symptôme est une augmentation de l’appétit (vous pouvez même consommer 500 calories de plus par jour) et le métabolisme s’accélère.

Femme qui fait du cardio

En outre, plus de matières grasses sont utilisées comme carburant ; la tolérance aux glucides est perdue ; la sensibilité à l’insuline est plus faible ; la baisse de progestérone se traduit par une diminution de la sérotonine. Par conséquent, l’humeur, l’irritabilité et les maux de tête sont souvent ressentis.

D’autre part, en raison de la perte de sang, le transport de l’oxygène vers les muscles peut être réduit, ce qui a un impact sur la performance. Face à cela, il n’est pas nécessaire d’oublier la salle de sport, mais il est nécessaire de baisser l’intensité. Il est également bon de faire des exercices cardio.

En résumé, afin de tirer le meilleur parti de vos hormones pour mieux vous entraîner, vous devez tenir compte de la période, du mois dans lequel vous vous trouvez et des besoins spécifiques de chaque phase.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *